Gros plan sur une feuille de chélidoine (Chelidonium majus)

La chélidoine : une plante médicinale pour les verrues

Cela fait plusieurs semaines que j’ai une petite douleur sous le talon gauche. Au départ je n’y ai pas trop prêté attention, mais finalement j’ai bien été obligée de regarder de plus près, et la conclusion s’est imposée : j’ai une verrue plantaire. 😦 Lorsque j’étais élève à l’école primaire, et qu’à mon grand désespoir nous devions aller à la piscine tous les jeudis après-midi, j’avais attrapé une verrue plantaire sous un orteil. Je n’avais pas dû m’en apercevoir tout de suite, et l’histoire s’est terminée par une opération et plusieurs jours sans pouvoir poser le pied. J’avoue que je n’en ai pas un très bon souvenir…

Vue d'Auris, au mois de novembre
Vue de la fenêtre de ma chambre ce matin 🙂

Heureusement on n’en est pas encore là, et du coup pour éviter justement ce genre de mésaventure, je me suis dit qu’il faudrait peut-être que je m’en occupe… Alors comme nous bénéficions toujours d’une météo exceptionnellement clémente et que la neige ne semble pas pointer le bout de ses flocons pour l’instant, j’ai décidé de prendre les choses en main et d’aller cueillir une plante médicinale renommée pour soigner les verrues : la chélidoine.

Familière des expositions plutôt ombragées, la chélidoine (Chelidonium majus) affectionne les lieux un peu humides : je suis donc allée faire un petit tour du côté nord des murs, loin des prairies bien ensoleillées, et j’y ai trouvé mon bonheur. De la même famille que le coquelicot, cette plante produit de petites fleurs jaunes en saison, dont les sépales tombent très précocement, comme pour le coquelicot. Mais même si en ce moment quelques plantes refleurissent à la faveur de la douceur de ces dernières semaines, ici à Auris la chélidoine est toujours en saison végétative.

Feuilles basales de la chélidoine (Chelidonium majus)
Feuilles basales de la chélidoine (Chelidonium majus), ou herbe à verrues

Pour la reconnaître il faut donc se baser sur l’apparence de ses feuilles, très profondément divisées en lobes ovales, eux-mêmes grossièrement crénelés. Les divisions de la feuille sont en fait si profondes qu’il faut vraiment regarder de près pour se rendre compte qu’il y a une mince bande de limbe tout au long de la nervure centrale, et qu’il s’agit bien d’une feuille pennatiséquée, et non composée (voir photo) ! On remarque aussi qu’elle a un petit penchant pour les poils ;).

Feuilles de chélidoine, Chelidonium majus
Feuilles de chélidoine : en regardant attentivement la nervure centrale, on distingue une mince bande de limbe le long de celle-ci !

Dotée de nombreuses propriétés thérapeutiques, la chélidoine est utilisée depuis très longtemps en médecine populaire ou en phytothérapie, pour soigner ou soulager de nombreuses affections grâce à son action sur la sphère hépatique, à ses propriétés antispasmodiques ou encore à son action bienfaisante au niveau des inflammations oculaires. Toutefois sa toxicité (qui peut être fatale à haute dose) proscrira toute auto-médication dans ces domaines. A ce sujet, il me semble sage et avisé de s’en tenir à l’usage populaire explicitement indiqué par l’un de ses noms vernaculaires : herbe à verrues.

Gros plan sur une feuille de chélidoine (Chelidonium majus)
Gros plan sur une feuille de chélidoine (Chelidonium majus)

Pour cela, il suffit d’appliquer une feuille coupée directement sur la verrue à soigner, car c’est le latex jaune orangé qui apparaît à la coupure qui est doté des qualités thérapeutiques recherchées. Toutefois, la simplicité et la gratuité du traitement ont une contrepartie : les contraintes qu’il en découle ! Le latex doit en effet être appliqué 2 à 3 fois par jour, avant qu’il sèche, c’est à dire lorsque la feuille vient d’être cueillie. Me voilà donc condamnée à sortir au moins 2 à 3 fois par jour pour faire ma petite cueillette thérapeutique… je me demande quelle case je vais cocher sur mon attestation dérogatoire 😀 !

Feuille cassée de chélidoine, avec le latex jaune orange visible à la cassure
Pas facile de prendre une photo nette avec un téléphone ! On distingue tout de même le point de cassure de la feuille, avec l’apparition de latex jaune orangé !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s